La laborieuse quête d’une nouvelle place dans le concert des nations

Pendant des décennies, la Belgique a fait partie des cinq plus grandes puissances industrielles. Elle a connu une expansion mondiale s’ensuivit, avec des investissements belges dans l’industrie de l’électricité, les chemins de fer et les chemins de fer vicinaux. La Belgique était le plus gros investisseur étranger en Russie, mais répondait également présente au Proche-Orient, en Europe de l’Est et en Amérique latine. Grâce à l’intervention de Léopold II, la Belgique avait été le seul petit pays européen à participer pleinement à la course pour la Chine. La reprise de l’État indépendant du Congo en 1908 en avait par ailleurs fait une puissance coloniale.

Mais la guerre et l’occupation ont brisé l’expansion mondiale de la Belgique. En 1918, le pays est ravagé, le patrimoine industriel démantelé. Le Westhoek est un désert. L’illusion d’avant-guerre que la neutralité protégerait éternellement le pays a volé en éclat.

Rik Coolsaet (A-delà de la Grand Guerre. La Belgique 1918-1928)